L'île du Point Nemo / Jean-Marie Blas de Robles

- "Ce livre m'a sorti de mes chemins de lectures habituels"
- "Il y a beaucoup d'intertextualité et de personnages qui finissent par s'interconnecter. C'est difficile à lire"
- "Le style est beau et intéressant, mais pas facile. Il y a beaucoup de descriptions, mais ça valait la peine de continuer. Il y a quand même une trame claire et simpliste (un peu comme un jeu de piste, avec des codes littéraires, des codes cryptés). Le thème de la lecture est très présent"
- "C'est un ovni, un livre qu'on ne sait pas classer"
- "On rentre dedans ou pas, on aime ou pas, mais ça ne laisse pas indifférent"
- "Il y a beaucoup de références littéraires. C'est très fouillé"
- "L'auteur a joué avec la réalité : il mélange les époques, etc. On ne sait plus très bien à quelle époque on est"
- "Ce livre me fait penser à du Rabelais. Il y a une certaine jubilation de la langue. mais le style m'a fatigué"
- "La lecture et l'écriture mènent au bonheur "

La femme à la clé / Vonne Van Der Meer

- "J'ai bien aimé le thème de la lecture dans la lecture. Le roman parlait d'autres romans"
- "Cette clé est celle de la maison, mais aussi celle de l'âme"
- "L'héroïne ouvre un avenir, elle ouvre des portes à ses clients"
- "J'ai bien aimé l'intertextualité : le fait d'avoir l'impression d'être dans plusieurs romans en même temps, de passer de l'un à l'autre"
- "J'ai trouvé les autres personnages un peu trop caricaturaux"
- "Ce roman m'a fait penser au film "La lectrice", avec Miou-Miou"
- "La lecture et l'écriture mènent au bonheur"
- "Je me suis demandé si l'auteur a lui-même vécu cette expérience, parce que c'est très bien décrit sur le plan psychologique"
- "Attention à "De l'eau, de l'eau" !"

 Nous les menteurs / E. Lockhart

-"Du début à la fin, j'ai été emmenée par cette histoire tellement passionnante ! Et lorsque j'ai refermé le bouquin une fois terminé, j'ai ressenti comme un manque : j'aurais eu envie que ça continue ! "
- "C'est un roman qui se lit facilement, sans doute parce que c'est de la littérature pour adolescents. Dans l'histoire, on insiste d'ailleurs beaucoup sur la relation entre les adolescents."
- "J'ai trouvé la description du caractère de chaque personnage peu approfondie. Cependant, j'ai bien aimé le sujet du livre."
- "Dans l'histoire, j'ai trouvé dommage que les trois filles ne se soient pas révoltées contre leur père."
- "C'est, entre autres, une histoire d'héritage dans une famille américaine. Cela ne se passe pas comme chez nous et certains personnages ont donc peur de ne pas hériter du tout. La dépendance sociale. J'ai trouvé ce sujet intéressant."
- "Il y a aussi le thème du syndrome post-traumatique qui fait enfuir loin dans la mémoire des faits trop gênants, trop terrifiants."
- "La famille dont il est question dans ce roman peut faire penser à la famille Kennedy. C'est le même genre de milieu, très attiré par l'argent."
- "J'ai trouvé ce roman passionnant : un bon suspens !"

 

 Les veuves du jeudi / Claudia Piñeiro

- "C'est une belle écriture fluide. Et le sujet est fouillé".
- "Je trouve que c'est une bonne description de la ghettoïsation des populations socio économiquement favorisées en Amérique latine. J'ai bien aimé la description des classes sociales."
- "Le roman aborde la question de la dépendance sociale."
- "Ces gens veulent exister dans un vase clos. Ils sont tous obsédés par l'argent et l'image qu'ils renvoient. C'est ce qui amène au drame de cette histoire."
- "J'ai apprécié les notes de bas de pages : elles permettent de mieux découvrir cet univers."
- "Le roman aborde aussi le thème du racisme des blancs envers les indiens, en Amérique du Sud."
- "Les caractères des différents personnages sont plausibles et bien respectés."
- "C'est un roman à la construction subtile et je l'ai trouvé passionnant !"
- "Il tient bien en haleine !"

 Portrait d'après blessure / Hélène Gestern

- "J'ai trouvé la thématique intéressante : il y a des images que nous n'avons pas forcément envie de voir, mais que nous sommes obligés de voir malgré tout. Cependant, il ne faut pas diaboliser la presse.
J'ai bien aimé, le fond autant que la forme. L'écriture est délicate, important pour traiter un tel sujet. Je parvenais à m'identifier aux personnages. Par contre, j'ai trouvé la fin un peu courte ! Les réflexes de vie des gens font qu'ils s'en sortent, qu'ils trouvent des ressources. "
- "J'ai bien aimé ce roman. Mais j'ai ensuite pensé que regarder des photos d'attentats, etc. dans la presse est indécent par rapport à ce que vivent les victimes. "
- "Notre rapport à l'image a changé : on n'a pas toujours le choix de les regarder et Internet nous manipule...
On y parle d'ailleurs de faire évoluer la jurisprudence sur la question de la conservation des images. "
- "Je l'ai lu quelques jours après les attentats de mars 2016...
J'ai bien aimé l'écriture, la thématique ainsi que le happy-end ! "
- "J'ai bien aimé ce roman ! Il m'a semblé écrit comme un docu-fiction. Il pose la question du droit à l'image et de la liberté de la presse.
L'un des protagonistes, qui travaille dans la presse, se rend compte d'un aspect négatif de son métier."
- "Ce roman nous questionne sur l'impact de la photo et sur notre rapport à la photo, comme sur l'impact de la violence et notre rapport à la violence. On va toujours plus loin dans l'acceptation de la violence. On peut être surpris par certaines images.
Je trouve intéressant de se questionner sur le contexte d'une photo : que s'est-il passé le jour où telle photo a été prise ?
J'ai bien aimé l'écriture ! "
- "J'ai apprécié l'écriture de ce roman, mais j'ai eu du mal à m'identifier aux personnages.
La solution qu'ils trouvent pour s'en sortir est intéressante ! Je me dis qu'il faut avoir du caractère et être suffisamment "armé" pour relever la tête après un drame comme celui-là."
- "J'ai bien aimé la question que pose ce roman : où est la limite dans le traitement et la publication de photos ? Et j'ai apprécié découvrir la solution que trouvent les protagonistes : enterrer des informations sur la toile. J'ai trouvé ce roman bien écrit. Il montre bien l'enchainement des faits dans la vie des deux héros." -
 "J'ai bien aimé l'alternance des voix et des points de vue. Et j'ai trouvé qu'il y avait énormément de dignité dans l'écriture.
Tout se passe dans deux lieux confinés : le village et l'hôpital.
A la fin du roman, j'ai trouvé les réactions du mari peu plausibles : alors qu'il a toujours vécu dans un giron familial qui lui a transmis des valeurs "machistes", il retourne sa veste avec une facilité étonnante... Alors qu'il n'a jamais bien considéré sa femme, il se met tout à coup à la respecter. "
- "La problématique de ce roman est intéressante. Mais ce n'est pas très bien écrit. Par contre, c'est facile à lire !
Le "brutal" changement de comportement du mari, à la fin du livre, m'a étonnée.
J'ai malgré tout trouvé de la tendresse dans ce roman : tout passe par le regard... "
- "J'ai été choquée par les notes à la fin du livre (origine des crimes d'honneur, contexte, peines,...)
Il faut évoluer, mais ça met du temps.
J'ai bien aimé ce livre, que je vois un peu comme un docu-fiction. "
- "Je n'ai pas aimé l'écriture. Je trouve que l'auteur ne se met dans la peau de la victime et on ne sait donc pas ce que la victime pense. "
- "Les crimes d'honneur sont encore d'actualité, malheureusement. Mais la fin du roman est belle : il réalise que sa mère n'est pas une sainte et ils décident de changer leur vie.
C'est culturel et c'est donc difficile de changer. Mais c'est à eux de changer ! "
- "J'ai bien aimé ce roman. Mais (pour avoir vécu dans un pays proche de celui-là) j'ai trouvé que la fin n'était pas très réaliste.
Par contre, la thématique des crimes d'honneur est bien traitée. C'est fouillé.
Je crois que, un peu comme dans le roman, la seule solution est la fuite du giron familial. Un petit bémol au niveau de l'écriture : elle n'écrit pas des romans aussi bien que sa mère et son frère ! "
- "J'ai trouvé les personnages trop caricaturaux.
Ça m'a énervée que la femme ne réagisse pas aux brutalités que lui inflige son mari... "
- "J'ai entendu que ce roman était un vrai challenge pour l'auteur. On voit bien que ce n'est pas un écrivain.
Mais j'ai bien aimé ! J'ai été frappée par la force vitale que l'on peut avoir en soi. On ne sait jamais comment on va réagir à une situation. Il faut la vivre pour se révéler à soi-même. "
- "J'ai bien accroché avec ce roman ! Il semble en plus que l'auteur ait rencontré des cas pareils en tant que médecin dans d'autres pays (ici, le Kurdistan irakien).
L'héroïne a des ressources. Ce roman est dur, mais il y a aussi des moments de tendresse.
J'étais tellement prise par le roman que j'ai été soulagée par la fin ! Mais ce n'est qu'un livre ! "

 L'exception / Olafsdóttir

- "J'étais étonnée que l'héroïne retombe si facilement dans les bras de Floki. "
- "Ce roman montre bien comment on peut s'en sortir après une séparation (que nous n'avons pas décidée). L'héroïne est à un tournant de sa vie.
- "J'ai trouvé que l'héroïne vit trop dans sa bulle. J'avais l'impression d'un flottement. Par contre, j'ai trouvé qu'elle a aussi la tentation de partir (évasion à la maison de campagne).
Le fait que les deux hommes aient le même prénom, la même profession et qu'en plus ils tombent amoureux... est un peu gros à mes yeux !
La voisine a peut-être malgré tout un intérêt à écouter les histoires du couple...
C'est un roman plein de tendresse et de générosité ! "
- "Dans ce roman, la question de la filiation est développée, en plus de celle de la double vie. La nature est bien présente. "
- "J'ai malgré tout trouvé le mari de l'héroïne très gentil, doux, sincère et attentionné. Elle est et restera la seule femme de sa vie. "

 Le journal de la veuve / Mick Jackson

- "J'ai trouvé cette femme snob. C'est difficile d'avoir de l'empathie pour elle. Elle vit dans les souvenirs des beaux moments de sa vie.
Elle pleure très souvent sur son sort, dès qu'elle pense à son mari.
Elle a envie de se libérer d'un fardeau : comprendre pourquoi son ex-amant est parti.
J'ai bien aimé quelques phrases sur le deuil. "
- "C'est un personnage qui n'a pas de notions de politesse. J'ai bien aimé son humour, même si elle est insupportable. Elle rejette les convenances sociales. A travers elle, l'auteur ose dénoncer des choses.
Elle a une forme d'honnêteté. elle est "cash" et c'est comme si elle s'adressait directement à nous. Chacun joue un rôle dans la société.
Elle a beaucoup d'autodérision (quand elle parle de sa consommation d'alcool, par exemple).
J'ai beaucoup souri en le lisant ! "
- "L'héroïne veut faire son deuil pour aller mieux. On voit dans le roman qu'il y a plusieurs façons d'accepter la douleur.
Elle retourne au village de son ex-amant pour essayer de le retrouver et tourner cette page encore douloureuse pour elle.
J'ai trouvé que, bien que l'auteur soit un homme, l'héroïne est crédible de A à Z.
Pour ne pas tomber dans la déprime, on a besoin d'une copine comme ça ! "
- "J'ai bien aimé. Mais je me demande si c'est vraiment possible de partir comme elle l'a fait.
Elle est malheureuse par rapport au décès récent de son mari alors qu'elle l'a beaucoup trompé. "
- "C'est la solitude qui est difficile à encaisser pour elle.
Elle est juste dans ce qu'elle dit, mais c'est agaçant quand on n'est pas comme ça soi-même. "

 Des vies parallèles / Lucy Caldwell

- "Elle complète le puzzle de sa vie."
- "Elle a fait cette thérapie d'écrire son histoire. Elle avait besoin de ce travail d'écriture alors que son frère n'en voulait pas."
La fiction a des pouvoirs libérateurs.
Le jardin a été bétonné pour ne pas avoir à tondre.
Je n'ai pas trouvé que la fin était triste."
- "J'ai trouvé ce livre intéressant à partir du moment où elle raconte le récit de ses parents. Elle comprend alors peu à peu ce qu'ont fait ses parents. Il y a beaucoup de tristesse. Par contre, la fin est positive mais j'ai eu du mal à y croire. Je me suis demandé pourquoi la maman n'a jamais quitté le père de ses enfants alors qu'il vivait ailleurs. Tous, dans son entourage, lui disaient pourtant de le quitter.
J'ai bien aimé la relation amicale que la narratrice a avec le monsieur indien rencontré à l'atelier d'écriture."
- "Il y a beaucoup de sensibilité, de finesse et de psychologie dans ce roman."
- "J'ai trouvé que c'est un livre très riche. J'ai trouvé intéressant le récit de l'isolement dans lequel elle vit.
Les échecs répétitifs de sa vie d'adulte viennent de l'isolement et la solitude de son enfance. Mais le travail d'écriture qu'elle entreprend lui permet de s'en sortir, de revivre.
Cela m'a fait penser au roman "Champion", de Maria Pourchet. Quand on parvient à mettre des mots sur un vécu difficile, on se libère. Et on voit bien que chacun a un vécu différent des mêmes faits."
- "C'est un sujet intéressant. Et c'est bien raconté.
Le roman est suffisamment bien construit. Au début, elle "barbotte" un peu, puis elle a une passion pour un homme. On voit bien le cheminement."
- "J'ai eu beaucoup de plaisir à le lire."
- "Je n'ai pas beaucoup aimé le personnage de la maman de la narratrice. Par contre, j'ai bien aimé le basculement dans la narration, lorsque la narratrice se met dans la peau de sa mère pour raconter sa jeunesse.
On se demande pourquoi elle s'isole quand elle est en couple avec cet homme. C'est un homme qui ravage tout sur son passage, qui est puissant et passionné.
Je n'ai pas comprends pourquoi les autres enfants disent que leur père était un lâche.
J'ai bien aimé l'histoire d'amour fraternel avec son demi-frère. Elle avait besoin de cette personne qui la réhabilite, lui redonne confiance. Ce fut pour elle une ouverture à la liberté.
A la fin du livre, elle comprend ce que lui a apporté ce travail d'écriture."

- Moment d'un couple / Nelly Alard

- "Dans ce roman il est question de mensonges et de recherche de la vérité.
J'ai bien aimé l'écriture et la construction. J'ai trouvé ce roman subtil. Par contre, les personnages sont trop caricaturaux. C'est très théâtral, excessif. Les personnages et certaines situations m'ont fait penser au roman "Le journal de la veuve", de Mick Jackson.
Malgré la situation, il y a beaucoup de dialogue entre Juliette et Olivier.
Je n'ai pas compris l'utilité du personnage de Tristan."
- "C'est un roman sur la mécanique du couple. C'est donc une façon parmi d'autre de décrire le couple.
L'écriture est intéressante, mais il faut garder à l'esprit que c'est une caricature d'une certaine France bobo.
C'est parfois pathétique, voire très pathétique. Ça tire un peu en longueur et la fin n'est pas plausible par rapport au reste du roman."
- "Je l'ai trouvé peu intéressant et j'ai trouvé que la fin n'a pas de sens."
- "Je ne l'ai pas trouvé intéressant."
Au niveau du harcèlement, c'est un condensé de tout ce qui peut arriver à différentes personnes. C'est un peu gros !
- "J'ai aimé la dérision de Juliette par rapport à certaines choses qui lui arrivent.
Par contre, il manque d'émotion dans cette histoire. On rit peu."
- "J'ai laissé tomber ce roman, puis je l'ai repris. Mais il est insipide !"
- "C'est l'histoire d'une femme qui veut garder son homme."
- "J'ai aimé l'écriture et le fait que de la politique et des sujets d'actualité soient abordés dans le roman. Par contre, la fin m'a énervée : se battre tout ce temps pour en arriver là ! Je n'ai pas aimé l'histoire.
Je pensais que lorsqu'un homme avoue à sa femme qu'il a une liaison, c'est qu'il va l'assumer.
Juliette ne laisse pas tomber son mari. Elle lui pose beaucoup de questions et lui donne même des conseils. Un peu comme de l'assistance à personne en danger.
Mais je ne voyais pas l'utilité de raconter toutes ces scènes d'amour."

La revanche de Kevin / Iegor Gran

- "J'ai trouvé cette histoire vraiment originale. La manière dont il s'enfonce dans le mensonge pour changer de vie est intéressante, aussi bien les répercussions que cela entraine..."
- "C'est une satire du milieu littéraire.
C'est un bon roman qui, s'il est court, est bien construit."
- "Je n'ai pas aimé. C'est une atmosphère de mensonge avec laquelle j'ai du mal."
- "Comment des gens peuvent-ils baser leur vie sur le mensonge et la méchanceté ? Le héros est quelqu'un de normal, mais il profite d'une occasion pour tenter de changer de vie.
On peut devenir manipulateur ou imposteur à cause d'un détail futile. Dans ce cas-ci, c'est le prénom qui est connoté trop négativement."
- "J'ai bien aimé l'idée de départ. Au final, c'est comme un conte moral ou moralisateur.
Le héros, qui vit dans le mensonge, prend du plaisir quand c'est révélé.
Tout le monde se venge de tout le monde..."
- "C'est une bonne idée de sujet, au départ, mais je n'ai pas accroché. Il y a l'aspect de la cruauté par rapport au prénom. Les gens sont méchants avec lui parce qu'ils perçoivent qu'il se sent inférieur à cause de son prénom. Mais pourquoi perdre son temps à faire du mal aux autres ?
Le héros retire de la jouissance dans ses mensonges..."
- "Le thème est intéressant. Tout comme le fait qu'il y ai plusieurs voix et donc plusieurs points de vue (j'ai bien aimé la voix de la belle-mère !). Ils sont tous un peu méchants dans cette histoire... Le manipulateur n'est pas toujours celui qu'on croit ! C'est la vanité qui pousse Kevin a faire cela.
Ça a l'air d'un roman simpliste au premier abord, mais il y beaucoup de péripéties... et un humour au scalpel !
Dans le fond, c'est une caricature..."

Mauvais sang ne saurait mentir / Walter Kirn

- "J'ai aimé les rapports entre l'écrivain et son personnage, le psychopathe. Ce dernier a souvent parlé au narrateur des Lebensraum et de la défaite de l'Allemagne. Il voulait être avec les riches. Il voulait "chevaucher avec les vainqueurs" !
Une chose qui m'a marquée, c'est lorsque le narrateur demande à Clarck quelle est la clé qui lui a permis de faire tout ça et que la réponse est "Vanité, vanité, vanité !""
- "Dans ce récit, on voit que l'imposteur exerce une grande fascination sur le narrateur. Ce dernier trouve d'ailleurs que le travail mental de l'imposteur pour inventer ses personnages est comparable à son propre travail d'écriture.
Le roman est construit d'une telle façon qu'il est difficile de s'y retrouver. Mais c'est très bien et assez fouillé sur le plan psychologique. On voit par exemple que le narrateur décide de continuer à se laisser manipuler."
- "C'est l'histoire d'un auteur qui a cru bon de rencontrer un Rockefeller, mais qui s'est fait avoir comme un bleu.
J'ai été fascinée par la thématique du mensonge..."
- "J'ai haï le héros depuis les premières pages ! Son accent snob m'énervait ! Il met même le narrateur mal à l'aise.
Il y a un jeu entre le mythomane et sa victime. Le narrateur explique que la victime est parfois consentante. Au sujet du narrateur, j'avais parfois l'impression qu'il était un pauvre gars prêt à tout pour gagner trois sous...
Je n'ai pas bien compris les motivations du héros."
- "Je n'ai pas aimé ce roman. J'ai d'ailleurs cherché pourquoi ça me mettait si mal à l'aise."
- "J'ai bien aimé l'idée de départ. Je me rappelais de cette histoire et j'ai trouvé que l'auteur rendait bien le côté mystérieux de cette affaire. C'est foisonnant de détails !"

Il pleuvait des oiseaux / Jocelyne Saucier

- "J'ai vraiment bien aimé cette lecture... C'est comme une bulle d'oxygène !"
- "C'est un roman extraordinaire ! J'ai aimé les personnages et les thématiques, ainsi que la distinction entre les paragraphes du narrateur extérieur (police normale) et les paragraphes attribués à certains personnages (police en italique).
Ils n'ont pas peur de la mort parce qu'ils peuvent choisir quand mourir.
J'ai beaucoup aimé certains passages."
- "C'est un bon livre ! En plus, je l'ai lu au Canada (où il a eu beaucoup de succès) !J'ai beaucoup aimé la thématique historique des grands feux.
L'auteur rend bien l'idée qu'ils pourront choisir quand mourir et que l'on vieillit à l'extérieur mais pas à l'intérieur. "
- "C'est un roman très poétique, un bijoux de littérature ! On y voit beaucoup de couleurs.
J'ai bien aimé le travail de la photographe dans l'histoire. Par contre, j'ai trouvé que l'histoire d'amour était à l'eau de rose."
- "Malgré les personnages attachants et le décor du roman, je n'ai pas réussi à vraiment accrocher."
- "J'ai aimé le thème. J'ai retrouvé l'atmosphère d'hivernage du Canada, où j'ai vécu. L'auteure rend bien le rythme de la vie là-bas.
J'ai, par contre, eu du mal avec le style parce qu'il y a beaucoup de descriptions. Au début, il ne se passe rien... Ça démarre au milieu du livre.
On a l'impression que l'auteure décrit une photo, avec beaucoup de détails. C'est très bien écrit ! J'ai adoré !
J'ai bien aimé aussi les thématiques de l'amour, de la drogue, du temps qui passe, de la vieillesse et de la mort."
- "J'ai bien aimé, particulièrement le travail de Marie-Desneiges pour comprendre les tableaux de Ted."
- "Je n'ai pas trop aimé cette lecture.
Mais j'ai apprécié le personnage de Marie-Desneiges. Dans son histoire d'amour avec Charlie, j'ai aimé la façon magnifique que ce dernier a de parler d'elle."
- "C'était difficile au début de la lecture, mais tout a changé soudainement. J'ai trouvé intéressante la réflexion artistique, tant de la photographe que du peintre.
Ce récit rend bien la difficulté de faire certaines choses quand on vieillit.
Et on voit ici l'une des merveilles de l'être humain : on peut tomber amoureux à tout âge ! "
- "En vieillissant on va vers la mort et on perd des choses ou des gens, mais on gagne en expériences et en maturité. On est dans un rapport où on voudrait que le temps passe, mais on ne veut pas vieillir."

Détails d’Opalka / Claudie Gallay

- "L'auteur a une vraie passion pour le peintre. Mais j'ai trouvé le texte assez lourd sur toute une partie du roman.
Par contre, j'ai bien aimé quand elle visite la maison, à la fin du livre.
L'auteur raconte bien qu'Opalka fait cela parce qu'il a été traumatisé dans sa jeunesse. Quand il parle de cette partie de son œuvre, il dit C'est une connerie parce que la vie en est une"
- "J'ai trouvé ce livre intéressant.
L'auteure est arrivée à rendre cette histoire vivante !"
- "C'est un livre étonnant, mais ça m'agaçait un peu de me dire qu'un gars a passé sa vie à peindre des nombres ! Je trouve dommage de passer sa vie à faire ça... Je ne sais pas comment il a fait pour avoir deux femmes...
Tout au long du livre, on sent une passion irrationnelle de l'auteure pour le peintre. J'ai cherché sur internet et certains de ses tableaux sont très agréables à regarder."
- "Le début du livre m'a agacée. Mais ensuite j'ai apprécié parce que je visualisais mieux. J'ai bien aimé le rapport au temps dans son œuvre. Et le fait qu'il y ait beaucoup d'émotion dans ce récit.
Par contre, j'étais plus intéressée par Opalka et son art que par l'écriture du livre, le style."
- "J'ai bien aimé la passion de Claudie Gallay pour Opalka (qui n'est pas un peintre évident). C'est, à la base, un véritable artiste : il a peint d'autres choses auparavant. Il veut sentir le temps qui passe."
- "J'ai lu le livre jusqu'au bout, mais je n'ai pas aimé (j'ai une allergie aux chiffres !) Puis j'ai regardé sur internet, ce qui m'a permis de rencontrer le peintre et l'auteur."
- "J'ai beaucoup aimé, même si je n'aime pas les chiffres ! J'ai bien aimé de voir comment l'humain, quand il cherche un sens à sa vie, peut prendre une telle décision...
J'ai aimé aussi lorsque l'auteur cherche à connaître davantage le peintre (jusqu'à faire elle-même l'exercice de peindre les chiffres).
Le fait qu'il se prenne en photo toujours dans les mêmes conditions tout au long de son œuvre est intéressant : il faut un courage fou pour faire autant d'autoportraits (notion du temps qui passe). C'est quelque chose d'absurde, mais de très important pour lui."
- "C'est une démarche folle dans laquelle il s'est lancé. On peut se demander s'il ne se sent pas pris au piège de son choix.
J'ai trouvé intéressant de voir les autoportraits et le passage du temps."
- "C'est un bon choix de livre. Il faut pouvoir se représenter les choses, mais cela vaut la peine de s'interroger sur le sens d'une œuvre. Ici, il est surtout question du temps qui passe. La thématique du temps est abordée de manière originale. Le style de l'auteur (bon, clair, net) m'a donné envie de la découvrir.
C'est un choix ascétique qu'il a fait, qui est le seul à pouvoir le porter plus loin. C'est donc un renoncement : pour le peintre, de se limiter dans le choix des couleurs ; pour l'auteur, de choisir un sujet et de s'interroger sur la qualité."
- "J'ai bien aimé cette lecture. Au début, c'est un peu laborieux, mais on sent assez vite la passion folle de l'auteur pour cet artiste hors du commun. J'ai bien aimé quand elle visite la maison.
Ce livre était intéressant parce qu'il m'a permis de découvrir un peintre que je ne connaissais pas encore."
- "J'ai aimé ce livre qui m'a permis de connaître cet artiste peintre. Je ne me suis pas focalisée sur le style ou l'écriture de l'auteure. J'étais beaucoup plus intéressée par la découverte d'Opalka et de ses nombres à l'infini.
J'aime l'art, abstrait ou figuratif. Mais si je suis sous le charme des détails d'Opalka, c'est parce que j'ai lu Claudie Gallay et que j'ai compris la démarche de l'artiste. Je peux donc comprendre ses détracteurs qui disent que Sans le discours intellectuel qui l'accompagne, son œuvre n'aurait aucune signification."

Le règne du vivant / Alice Ferney

- "C'est une histoire avec beaucoup de souffle, une histoire épique ! Ca me fait penser que ce n'est pas quand des gens cassent des biens dans la rue que les institutions bougent. C'est un rapport de force.
La fin est tragique mais très intéressante.
J'ai découvert l'auteure avec ce roman et j'ai bien aimé."
- "Il faut interdire la souffrance animale mais, pour moi, les animaux sont là pour être mangés. L'outrance de ces écologistes me fait penser au roman "Après le carnage" de T.C. Boyle. J'aime généralement bien cette auteure, mais j'ai moins aimé celui-ci. Néanmoins, je l'ai lu avec plaisir. J'ai bien aimé le fait qu'elle ne prenne pas parti. Elle montre la manière de faire de Magnus, le chef, qui est en somme assez modéré."
- "Je me suis posé des questions quant aux baleines. J'étais triste pour elles et les autres animaux marins. J'ai pensé que si elles étaient des humains, elles seraient considérées autrement. Si elles pouvaient s'exprimer, nous prendrions peut-être leurs souffrances en considération.
Les personnages de Magnus m'a fait penser à un activiste écolo canadien qui s'est battu contre la chasse aux phoques."
- "Il y a quelques hommes bons sur la terre pour mener des combats et défendre des peuples.
C'est une histoire très réaliste."
- "Dans ce livre, on voit bien la force de l'engagement de ces activistes. On voit aussi comment d'autres arrivent à faire croire qu'ils ont une action écologiste pour en réalité en retirer des gains financiers.
J'ai bien aimé l'écriture et ses métaphores."

Paradis (avant liquidation) / Julien Blanc-Gras

- "Je n'ai pas aimé l'écriture, mais le contenu est intéressant. La disparition prochaine de ces îles est probable, mais il y a plusieurs causes possibles.
Je me suis accroché, mais je n'ai pas aimé."
- "Je n'ai pas aimé, mais je ne sais pas vraiment dire pourquoi. L'écologie est tellement abordée par des dogmatiques que c'est presque ridicule et que ça m'agace. Le narrateur part avec des certitudes mais on ne sait en fait pas vraiment ce qui va se passer.
Je n'ai pas trop aimé.
Il part du principe que l'île va disparaître, mais je n'y crois pas trop. Par contre, j'ai bien aimé l'idée de déménager tout le monde.
Cet endroit à l'air paradisiaque, mais l'auteur montre bien que ce n'est pas le paradis !"
- "C'était bien ! J'ai découvert l'existence des îles Kiribati et j'ai regardé sur internet pour me les représenter un peu mieux. C'est triste parce que ça va disparaître !
Il y avait beaucoup de dérision dans ce récit, comme si le sujet n'était pas sérieux. J'avais l'impression d'un petit village.
Les choses changent, évoluent... Mais est-ce vraiment dû au changement climatique ?
C'est un journaliste-bourlingueur qui a écrit ce livre. J'ai trouvé l'écriture souvent hachée."
- "J'ai bien aimé la dérision que l'auteur a mis dans son récit. J'ai l'impression qu'elle donne aux habitants de ce "paradis" un sens de l'humour qui les rend plus fort psychologiquement pour affronter cette réalité."
- "Ce récit de voyage ne m'a pas passionné. Heureusement, il y avait parfois de la dérision : c'était donc moins triste à lire.
J'ai trouvé qu'il n'est pas bien écrit."